Accueil Général  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | 
 

 La nuit, tous les chats sont gris [Arès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Directrice de Meilland
avatar



Messages :
489




MessageSujet: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Lun 10 Sep - 14:03

Installée à mon bureau, je continuais à ranger les dossiers des élèves intégrant Meilland à partir du lendemain. J'avais l'impression que je ne m'en sortais pas. Qu'avais-je cru en ouvrant cette école ? Que ce serait de tout repos ? Bien sûr que non ... J'étais bien consciente qu'en aucun cas, il était facile de tout mettre en place pour accueillir des centaines de sorciers venus du monde entier.
J'avais passé la journée, assise à ce bureau, commençant à stresser à l'idée de voir tous ces jeunes gens arriver dans l'endroit que nous avions créé de toute pièce. Cela allait-il plaire ? Les sorciers allaient-il y suivre un enseignement digne des plus grandes école de magie ? Je l'espérais secrètement. Il était tellement dur de nos jours de trouver des professeurs qui soient à la fois cultivés et pédagogues.
Je devais à tout prix me sortir la tête de là. Je commençais à choper une sérieuse migraine. Je regardai l'heure, furtivement, et je m’aperçus qu'il était déjà 22h00 ! Etonnée, je jetai un coup d'oeil par la fenêtre. Il faisait noir. Soupirant, je renonçai à aller faire les magasins de Submarine. Mais il fallait vraiment que je sorte !
Décidée, je me mis en tête d'aller boire un verre. Après tout, cela me ferait le plus grand bien ! Je me mis donc en route pour Submarine, et je trouvai un bar plutôt sympathique. J'avalai quelques verres de whisky-pur-feu aromatisés à la violette. Je sais, cela n'était pas très bien pour une directrice, mais j'avais vraiment besoin de penser à autre chose, et cela me faisait du bien. Lorsque je me rendis compte que c'était le 5ème verre que je buvais, tout en regardant un groupe de rock, je réagis en me disant que je devais arrêter. Je reposai donc mon verre vide, déposai les gallions sur la table et entrepris de me lever.

*Houla ... Va falloir tenir bon Lyra ... Ferme les yeux ... Rouvre-les ... Toujours aussi trouble ... Puis le sol bouge là ? Rahh je ne savais pas qu'avec des verres dans le nez, on pouvait vérifier que la terre tournait sur elle-même !*

Tout en philosophant dans ma tête, je parvins à atteindre la porte et à sortir dans la rue. Je respirai un grand coup. Bon, il fallait maintenant retourner à Meilland. Par où c'était, déjà ? A droite ... Ou à gauche ? Bon, on verrait bien.
Je pris le petit chemin sur la droite, lorsque j'entendis des pas. Je m'arrêtai, écoutant ... Rien ... Mes propres pas résonnaient dans ma tête ? Bravo l'alcool ! Bon ... Reprenons ...

- Eh bien ma jolie ?! C'est pas une heure pour les femmes comme toi ...

Ah ben non, je n'avais donc pas rêvé. Je me retournai, observant l'homme devant moi. La cinquantaine, l'air d'un clochard ... A vomir ... Et puant l'alcool à plein nez ! Bon, je n'étais pas bien placée pour parler, mais j'étais lucide quand même !

- Depuis quand les femmes ont-elles des horaires ?

J'haussai les épaules, et entrepris de continuer ma route.

- Attends attends ...

Une main se posa sur mon épaule, et j'en frissonnai de dégout. L'odeur pestilentiel de l'homme était vraiment insupportable.

- Tu cherches quoi dis-moi ? Je vois ... Tu as envie qu'on te voit, qu'on te désire ... Hum ... Avec ce ravissant bustier ...

Il venait d'arracher d'une main mon chemisier, révélant mon sous-vêtement.

- Laissez-moi ... Vous risquez de le regretter !

Je sortai ma baguette, cachant ce qui s'apparentait pour moi à une certaine nudité.

- Tu vas faire quoi chérie ... Tu ne marches déjà pas droit alors tu crois que tu vas jeter un sort ! Quelle rapidité !

Son bras venait de saisir mon poignet et il avait fait voler ma baguette. Je criais de douleur, il avait une force que je n'imaginai pas.

- Allez ... Jouons ...

Il arracha alors totalement ma chemise. Je fermai les yeux, laissant les larmes rouler sur mes joues. J'étais fichue ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur de SACM
avatar



Messages :
51




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Lun 10 Sep - 16:53

Arès venait de finir le programme de SACM qu'il allait proposer aux élèves. Le centaure plissa sa bouche en un sourire arrogant tandis que dans ses yeux luisait une lueur arrogante et fière. Il était vraiment le meilleur et très intelligent en plus. Il avait bossé dessus à son bureau et à 22h n'ayant plus rien à faire, il sorti faire un petit tour en ville. Avant de partir, le centaure sorcier s'empara d'une sacoche ou était fourré sa baguette magique et son cahier et accrocha son arc à son dos.

Arès était professeur a Meilland depuis une semaine seulement, son clan s'était installé a Meilland également, Lyra les avaient accueillis avec plaisir.

Dans la rue il faisait nuit noire et les étoiles brillaient haut dans le ciel. Arès trottait d'un pas tranquille tout en écrivant les prédictions qu'il lisait dans les astres. Le centaure était comme tous les siens, passionné par la divination et l'astronomie. Dans la rue, il n'y avait pas grand monde, les gens étaient chez eux, bien au chaud ou dans les bars a boire de l'acool.

Le bruit d'une altercation l'attira soudain et le centaure alla voir, rangeant son cahier dans sa sacoche. Et pour cause, la créature casse-pied y trouva Lyra en mauvaise posture en face d'un sale être de boue qui osait s'en prendre a une amie du noble Arès. Le centaure défit son arc, le banda, encocha une flèche et se planta fier, impressionnant et droit, devant la scène, un oeil fermé et la flèche visant le ventre de l'ivrogne.

-Vous allez la lâcher !

L'humain puait l'alcool a plein nez et rétorqua en rigolant tout en resserrant sa prise sur Lyra :

-Et tu crois que c'est un poney qui va me donner des ordres ?

Arès était égocentrique, fier et arrogant ainsi que méprisant, les mots de l'ivrogne le mirent dans une colère noire, son sabot avant droit frappé le sol tandis qu'il continuait de visé.

-Comment osez vous, misérable petit homme puant, m'insultez MOI Arès Rumyel ? Moi qui suis le meilleur et sans doute plus fort que vous ?

Cette fois-ci c'était devenu une affaire personnelle. Ce moins que rien avait OSER lui manquer de respect à LUI ! Foi de Arès, cela n'allait pas se passé comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directrice de Meilland
avatar



Messages :
489




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Mar 11 Sep - 11:27

Par Merlin, j'étais fichue ... Qu'allait-il m'arriver ? Pourquoi étais-je incapable de me défendre ? Pourquoi avais-je bu ? Toutes ces questions traversaient en ce moment-même mon esprit, tandis que je sentais la main chaude et calleuse enlever mon chemisier.
Parfois, on se rend compte de choses ... Parfois, la vie nous fait comprendre que nous avons fait une erreur ... Mais là, à ce moment-là, non. Je n'arrivais pas à tirer de conclusion, je faisais que me poser des questions. Allait-il y avoir quelqu'un qui m'entendrait ? Allais-je être violer dans cet endroit ? Allais-je être détruite à tout jamais ?
Mes yeux fermés, j'essayais de me débattre ... Mais je n'avais pas de force comparé à l'ivrogne. J'étais perdue. Les larmes qui roulaient sur mes joues montraient que j'allais baisser les bras.

C'est alors qu'un bruit de sabots attira mon attention. Je ne reconnus pas de suite mon ami, mais je me sentis soulagée. Un bruit ... Cela signifiait que quelqu'un m'avait entendu ... Cela signifiait que je n'allais peut-être pas être détruite ...
Une voix s'éleva alors, voix que je reconnus : Arès ! Je lui devrais une fière chandelle. Il avait l'air très en colère, et quand l'ivrogne le traita de poneys, je crus que ce dernier allait se faire littéralement embrocher par une flèche.

Je sentis le bras de l'homme se serrer encore, et une autre main saisit mon cou.

-Apparemment, le petit poney a envie de se la faire aussi ... Qu'est-ce qu'il y a, tu veux que je te laisse un morceau ?

Je me sentais littéralement défaillir. Je manquais d'air et la terre semblait se dérober sous mes pieds.

- A....... Rès ....


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur de SACM
avatar



Messages :
51




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Mar 11 Sep - 15:00

-Apparemment, le petit poney a envie de se la faire aussi ... Qu'est-ce qu'il y a, tu veux que je te laisse un morceau ?

Arès fut pris d'une soudaine envie de vomir dut sans doute aux relents d'alcool que dégageait l'humain. Il n'en montra cependant rien et continua de visé le ventre de l'homme ivre. La colère noire et triplement noire luisait dans ses yeux, sa bouche tordue en un grand rictus de mépris et de fureur. Désormais, c'était une affaire plus que personnelle. On avait pas a manqué de respect a un centaure, et surtout pas a Arès Rumyel.

- A....... Rès ....

Lyra étouffais, et Arès fonça au triple galop, ses sabots claquant fortement, puis se cabra de toute sa hauteur devant le type, et cabré, un centaure mesurant deux metre trois était vraiment impressionnant. L'humain n'eue pas le temps de réagir qu'il se trouva au sol, renversé par un sabot, et dans sa chute le bipède lacha sa victime.

Le centaure souleva d'une main par le col de son habit la directrice pour la relevée puis il rangea son arc. Il lui tapa les joues pour la remettre de ses émotions. Il jeta un regard arrogant sur Lyra, mais en réalité il était très soulagé que son amie soit en vie.

-Heureusement que moi, le meilleur des meilleurs était passé par là.

La dessus, il bomba son torse puissant, fit rouler ces muscles pour en jetant des regards hautain sur les patées de maisons qui entourait Submarine et la rue pour voir s'il y avait des passants impressioné par sa musculature.

-Je suis néanmoins content de vous voir en vie, petit moustique.

Mais l'ivrogne n'avait pas dit son dernier mot, il se releva et sorti sa baguette magique, s'approchant en douce du centaure et de la jeune femme..

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directrice de Meilland
avatar



Messages :
489




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Mer 12 Sep - 9:26

J'étouffais ... Cet idiot avait une sacré poigne, et je n'avais de la force qu'avec une baguette ... qui avait volé à au moins dix mètres de moi. J'étais donc sans aucune défense, et ce n'était pas le fait de me tortiller comme un ver de terre qui allait m'aider, hélas.
Heureusement pour moi, Arès arriva. Alors certes, c'était un centaure très fier de lui et avec une modestie inexistante, mais j'arrivai à faire avec et nos échanges étaient amicaux. J'appréciai les savoirs du centaure, et j'adorai l'entendre parler des divers animaux. Etant moi-même tombée amoureuse des créatures en tout genre, je prenais souvent conseil auprès de lui.
Je sentais que tout cela allait mal se passer. L'ivrogne insultait Arès, qui ne supportait pas ça. En même temps, qui aime être insulté ? Je vis alors les sabots du centaure pointer en l'air alors que je me sentais défaillir. En deux temps, trois mouvements, je me retrouvais à terre, et j'essayais vainement de reprendre mon souffle. J'entendis à peine les mots du centaure, mais je savais bien comment il parlait.
J'entendis alors qu'il m'appelait petit moustique. Cela me fit doucement sourire, mais si la douleur était toujours aussi présente. Il m'aida à me relever et c'est alors que je me rendis compte de ce qu'il voyait de moi. Une femme, le corsage littéralement ouvert ... J'essayai de cacher avec mal cette intimité.

-Je ne vous remercierai jamais assez Arès ...

Une voix s'éleva alors dans les airs. L'ivrogne s'apprêtait à jeter un sort.

- Endo ....

- Non !!

C'est avec toute la force qu'il me restait que je me mis entre le centaure et le sort, essayant de nous protéger tout deux du sortilège impardonnable. Ce fut en vain, puisque je me le pris dans le dos. Je retombai à terre, me tordant de douleur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur de SACM
avatar



Messages :
51




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Mer 12 Sep - 12:06

-Je ne vous remercierai jamais assez Arès ...

Le centaure continuait de gonfler ces muscles en jetant des regards sur les maisons environnantes, au cas ou des passants remarquerait sa musculature. Mais c'était sans compter l'ivrogne, qui n'en avais pas fini..

- Endo ....

- Non !!

Lyra se jeta devant le centaure et se prit le sortilège dans le dos. Elle tomba par terre et commença de se convulser de douleur. Vite, Arès sorti sa baguette magique de sa sacoche et prononça a l'intention de son amie:

-finite incantatem.

Ce sort annulais les effets des autres sorts. Puis Arès se retourna vers l'ivrogne, et écoutant sa colère, sa fierté et son sale caractère, il galopa vers lui, sa baguette dans sa main. Il avait changé de baguette a son arrivée en Amérique.

-Immobilius...

Le galop d'Arès se fit de plus en plus lent, et bientot il galopa complètement au ralenti, ses gestes se firent également très lent, comme si la créature été soudainement prise d'engourdissement. Il fallait au moins deux immobilius pour pétrifier une de ces créatures, ou quatre.

-Je vais vous faire payer..misérable vers de terre..comment avez vous osez.. me manquer de respect..a moi et attaquer ce petit moustique..

-Immobilius..

Cette fois, Arès se figea complètement, se pétrifia, un regard méprisant sur l'ivrogne tandis que les rayons de la lune venait caressé son pelage et son torse nu. L'ivrogne, toujours la baguette en main, s'approcha de Lyra en ricanant.

-Maintenant qu'on est débarrassé de ton ami monsieur l'inssuportable, on va pouvoir reprendre nos ébats. T'a de la chance que je ne le tue pas, poupée..

Ils étaient deux et n'arrivais pas a se débarrasser d'un ivrogne..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directrice de Meilland
avatar



Messages :
489




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Mer 19 Sep - 8:10

J'étais fichue. Moi qui avait cru un moment qu'Arès me sauverait de cet idiot … Non … Il venait tout simplement de se prendre un sort, et il était littéralement figé. J'étais par terre, à des mètres de ma baguette, et je ne maîtrisais que trop peu la magie sans baguette. Je ne voyais plus aucune solution.
La culpabilité commençait d'ailleurs à me ronger, vis-à-vis de mon ami qui avait fait tout son possible afin de me sauver des griffes de ce sale pervers. Je commençais tout doucement à me sentir moins alcoolisée. Il faut dire que ce genre d'expérience peut vous désaouler très rapidement.
Je ne pouvais pas ne pas réagir … L'homme s'avançait de nouveau vers moi. Pour l'instant, je ne faisais pas un geste, faisant semblant d'être encore dans le même état. Il se pencha alors vers moi, son odeur fétide me donnait la nausée :

« Allez poupée, laisse-toi faire … Tu vas voir, ça va être magique ...

Encore un peu … Ses paroles me donnaient envie de dégobiller mon repas de la soirée. Il s'avançait encore … Et PAF ! Mon pied alla directement frapper la partie la plus sensible de son anatomie, avec une violence inouie.
Un cri sortit de sa bouche, tandis qu'il tombait à genoux, se tenant ses précieux bijoux de famille. J'en profitai pour glisser jusqu'à ma baguette, et me relever.

« Finite incantatem ! »

Lançai-je sur Arès.

« Experliarmus »

L'ivrogne était dépossédé de sa baguette. Je m'approchai en courant d'Arès, les larmes aux yeux.

« Je suis désolée … Vraiment … Tout est de ma faute … J'ai … J'ai eu si peur ... »

Encore un peu et je croulai sous les sanglots. Mais je n'osais pas … Mais il ne suffisait que d'un geste, ou une parole, pour que je le fasse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur de SACM
avatar



Messages :
51




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Mer 19 Sep - 10:32

Libéré du sort par un finite incantatem de Lyra, Arès se remettais lentement et peu à peu a mouvoir son imposant corps, puis le centaure vit son amie se diriger vers lui en courant, les larmes aux yeux. Elle été prête a fondre en larme tandis que plus loin, l'ivrogne se tenait les parties intimes.

« Je suis désolée … Vraiment … Tout est de ma faute … J'ai … J'ai eu si peur ... »

Se couchant en vache sur le sol, il s'empara vivement d'un caillou qu'il changea en mouchoir. Le fier homme-cheval essuya avec le mouchoir les yeux de la directrice de Meilland en disant:

-Allons..allons, vous êtes la directrice de Meilland, fière et noble. Et vous avez l'extrème honneur d'avoir mon amitié. Ne pleurez pas, ce n'est pas de votre faute si ce misérable vers de terre pouilleux m'a eue d'un sortilège. Pleurer est indigne de votre lignage.

Tout en continuant d'essuyer les yeux de son amie, Arès jeta un regard très méprisant sur l'ivrogne mis hors d'état de nuire pour le moment puis reporta son attention sur Lyra. Elle été son amie, et ses amis arrivait bien a supporter son fort caractère.

-Alors ne soyez pas désolé, petite humaine. N'oubliez pas qui vous êtes.

Il lui offrit le mouchoir, puis Arès ronchonna quelque peu, sa queue se plaquant contre sa croupe dans un soudain accès de mauvaise humeur et de sale caractère aussi..

-Mais je suis content de vous voir en vie, petit moustique imprudent. Je vous remercie d'avoir libéré ma sublime personne de ce sort.

Arès se releva lourdement puis il se dirigea vers l'ivrogne au sol, et ne résista pas au plaisir de lui casser la jambe d'un coup de sabot, puis leva lentement sa baguette magique et prononça:

-Incarcerem.

Des cordes vinrent le ligoté solidement. Au moins, il était hors d'état de nuire pour le moment. Dire qu'avant, Arès avait eue du mal a accepter sa nature sorcière et ne se servait de sa baguette que pour les cours. Aujourd'hui, il l'avait pleinement acceptée.

-Cette vermine ne nuira plus à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directrice de Meilland
avatar



Messages :
489




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Mer 26 Sep - 13:47

Par Merlin, ce que j'avais eu peur ! Combien de femmes s'étaient retrouvées dans ma situation et n'avaient pu rien faire ? Un bon nombre ... Et n'allez pas croire que le monde des sorciers échappait à ces pervers ... Non ... Loin de là ... Aucun monde n'est rose ou rempli de bisounours.
J'étais quelque peu déboussolée lorsque je me précipitai vers Arès. Ce dernier me réconforta plus ou moins, m'expliquant clairement que j'étais une directrice, fière et noble. Je ne devais pas me laisser aller comme cela, c'était indigne de ma position. Je ravalais donc les larmes qui me venaient aux yeux, et j'acquiesçai tout doucement. A côté du grand centaure, je me sentais faiblarde et toute petite. Pourtant, en aucune façon, c'était ce que pensait mon ami.

" Vous avez raison, mon attitude est stupide."

Je souris doucement, essayant de cacher ma douleur. Je le vis alors emprisonner l'homme avec des liens, et une profonde rancoeur monta en moi. Tandis que je m'approchai du crétin, je ne pus m'empêcher ... Je lui envoyai un violent coup de pied dans la figure.

" Espèce de salopard !"

J'étais loin d'être quelqu'un qui se laissait faire. J'en étais incapable. Et le voir là, à ma merci, me donner envie de l'achever.

"J'espère pour toi que tu vas crever là ! Ordure !"

Mon envie de lui envoyer un nouveau coup de pied était forte, mais je me reculai, serrant les poings. Complètement débraillée, je me fichais littéralement la vue qu'Arès avait sur mon soutien-gorge.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur de SACM
avatar



Messages :
51




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Sam 29 Sep - 0:41

Ils étaient arrivé à en venir à bout enfin. Le professeur de SACM se sentait joyeux d'avoir pu casser le pied de cette vermine puante, ce véracrasse vaseux.. il aurais vraiment adoré faire plus.

Lyra en rajoute une couche en lui donnant un coup de pied au visage. Arès n'était pas un gros sadique, mais il été rancunier..très rancunier. Pour un centaure aussi fort tel que lui, appartenant a la plus belle des races existant sur la terre, se faire traité comme un moins que rien et se faire insulter de poney.. non et renon !

Il écouta d'une oreille distraite la directrice de Meilland invectivé le sorcier qu'il avait emprisonné dans des liens. Arès été une personne énormément égocentrique, il ne supportais pas qu'on le traite comme un rien. Il avait très mauvais caractère, mais un fond tout a fait excellent.

-Allons, ne vous usez pas la langue inutilement pour cet imbécile, cette larve, ce rien qui vaille ne mérite pas que la délicieuse et magnifique personne que je suis le regarde. Il faut le laisser la. Venez Lyra.

La desssus, le centaure tourna les sabots et se dirigea d'un trot lent dans une ruelle, son esprit était revenu dans les étoiles et il écrivais les prédictions qu'il lisait dans les astres. Le centaure faisait attention de ne pas laisser trainer son carnet. Un sorcier mal intentioné pouvait très bien se servir de ses prédictions. Arès était un centaure, il avait le caractère imaginatif de ceux-ci et adorait passer ses nuits a contempler les étoiles.

-Vous avez eue de la chance que je passe par là vous savez. Cet asticot aurais pu vous tuée, où pire, jeune fille. La nuit, il vaut mieux éviter de fréquenter des rues désertes. Fort heureusement que j'était la, moi, Arès.

Comme pour tout les quartiers, Submarine avait ses rues désertes et mal famées, ainsi que ses rues bien fréquentée. Ils étaient revenu aux quartiers bien fréquenté, tandis qu'Arès continuait de griffoner ses prédictions.

-J'espère que la police magique fera rentré ce vers de terre dans un endroit où il n'essayera plus de nuire. Il a eue le grand malheur de me rencontré. Fit le centaure de son ton habituel, tout en jetant des regards qui reflétaient son profond égo sur les gens de passage.

Il fallait vraiment supporter cet énergumène. Heureusement que ses amis y arrivaient, eux. Ses sabots claquaient sur le sol et il trottait doucement afin que son amie puisse le suivre sans souci. Ah les humains et leur rapidité amoindrie..

-Que faisiez vous a cette heure ci Lyra ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Directrice de Meilland
avatar



Messages :
489




MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   Sam 29 Sep - 15:06

J’étais hors de moi. Je n’étais plus cette femme élégante et adorable que je pouvais être dans la vie quotidienne, avec mes amis. Non … J’avais l’impression de devenir une furie face à cet horreur et abomination de la nature. Comment pouvait-on être aussi foncièrement méchant ? Comment pouvait-on essayer de profiter d’une femme dont le taux d’alcoolémie semble atteindre un haut plafond ? Je l’ignorai … Tout ce que je savais, c’était que, sans Arès, je me serai retrouvée complètement détruite, et que ma vie n’aurait plus été la même. Et cela me mettait dans une immense colère …
Je m’étais donc défoulée sur l’imbécile, qui ne pouvait pas se défendre au vue des liens qu’avait fait apparaître le centaure. Il fallait dire que lui aussi avait été insulté. Poney … Vraiment … Cet homme était de ceux qui pensent que les hybrides sont inférieurs à nous ? Il y avait vraiment des personnes qui pensaient encore ce genre de choses ? Pourtant, cela était dépassé de nos jours … Certes, certaines familles de sang-pur imaginaient encore qu’elles valaient mieux que les autres, mais cela était tout de même un peu moins courant. Il faut dire qu’elles n’étaient plus très nombreuses.
Les compliments que me lança alors Arès me firent chauds au cœur. Depuis quelques jours, j’étais tellement dans l’effervescence de la rentrée proche que j’avais l’impression de ne plus être vraiment si délicieuse et magnifique que cela. Les mots du Centaure me touchèrent tant que j’attrapais la main de mon ami et que j’y déposais un baiser amical.

« Mille mercis … Vous n’imaginez pas à quel point cela me touche vos paroles … »

Nous commençâmes alors à nous éloigner, et le centaure me donna des recommandations, insistant sur le fait qu’heureusement, il avait été là. Je ne le prenais pas mal, loin de là. Je savais que mon ami était quelqu’un qui était très fier, et cela me faisait parfois plus sourire qu’autre chose. Je me contentai alors d’acquiescer. Il enchaîna sur la brigade magique et je soupirai.

« Si je ne vais pas déposer une plainte, je doute qu’on lui fasse quoi que ce soit. Il ne va certainement pas avouer les faits. »

Vint finalement la fameuse question … Celle à laquelle je ne pouvais pas échapper, ne rêvons pas ! Je mordis ma lèvre inférieure, et peu fière, je soufflais.

« J’avais besoin de sortir de ce bureau … de me changer les idées. Je n’aurais pas dû. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: La nuit, tous les chats sont gris [Arès]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La nuit, tous les chats sont gris [Arès]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nuit, tous les chats sont gris - Acte I
» La nuit, tous les chats sont gris...[pv A.M.E.]
» La nuit, tous les chats sont gris... Sauf moi, je suis rose! (terminée)
» La nuit tous les chats sont gris...
» La nuit, tous les chats sont gris. Qu'en est-il des tigres ? [Raphael Mercury]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Submarine :: Magical street :: Rue passante-